PROBLEMES AUDITIFS

L’ acceptation d’un appareil auditif, l’acouphène et/ou l’hyperacousie ne doit plus être un calvaire !

J’ai choisi de vous livrer mon expérience personnelle. C’est toujours un peu délicat mais je suis enthousiaste car je suis persuadée de vous donner un nouvel espoir, de vraies perspectives d’amélioration de votre vie.

Je suis malentendante, depuis mon enfance, à cause d’une cure d’antibiotiques toxiques pour les oreilles. Je n’entends pas les sons aiguës. J’ai fait mes apprentissages dans cet environnement. Mon rapport au monde s’est forgé dans ces conditions. Tardivement, vers 10-11 ans, mon comportement posa problème, interloqua … le dépistage fut donc, par la force des choses, le début d’une série de coups durs. Le stress, la fatigabilité, l’irritabilité devenant de plus en plus lourds à supporter, je m’enfermais dans mon « silence ». L’appareillage ne fut pas une mince affaire. En 2000, une première somme très couteuse déboursée pour un échec total. Puis en 2010, je me relance, à force de vivre dans la tourmente. Malgré une assiduité réelle, je ne pouvais supporter mes « robocops » (oui je leur ai donné ce petit nom !).
Je m’investissais professionnellement pour combler ce mal être et je devins technicienne en neurophysiologie et ORL. Quelle honte je portais… Dépister les malentendants, connaitre tout ce domaine pointu et ne pas être moi même sereine, appareillée.
Pour d’autres raisons, en 2012, je découvre et me forme en sophrologie. J’ai vécu très vite un réel bouleversement inattendu. Très vite, je ressentis l’envie de me prendre en main, de retrouver la personne que je suis réellement. Le stress atténué, je vivais un mieux-être et je décide alors de retenter l’essayage de mes « robocops ».
En seulement 3 mois, je m’habitue, je revis. J’entends à nouveau les petits oiseaux, je peux faire cuire un gâteau sans rester planter devant le four à attendre une sonnerie, je peux laisser mes enfants jouer dans une autre pièce que celle où je me trouve, je peux participer aux conversations… Bref, je me libère.
Mon audioprothésiste s’en trouve B.A. , et me demande mes coordonnées professionnelles. Rapidement, j’ai été confrontée à une demande concernant des personnes souffrant d’acouphène et/ou d’hyperacousie.

L’acouphène dans tous ses états

3000 personnes en France sont invalidées par un acouphène. L’acouphène est une perception auditive d’un bruit inexistant, inaudible par l’entourage. Ce n’est pas une maladie mais un symptôme. Le cerveau ayant horreur du vide, couvre la perte sensorielle par des décharges aberrantes perçues comme des bruits par le cerveau. Ceci explique que 90% des acouphènes sont liés à une perte auditive et que 40% ont une hyperacousie associée (perception subjective des sons de manière amplifiée).

Que faire si vous êtes concerné de près ou de loin ?

Il faut tout d’abord consulter un ORL. C’est le médecin qui va pratiquer le bilan auditif et préciser les caractéristiques, l’existence ou non de perte d’audition, son type et son importance. Il définira la prise en charge. L’audioprothésiste est ensuite en charge d’apporter une aide technique : appareillage auditif et /ou générateur de sons.

Et quand est il du rôle du sophrologue ?

La sophrologie est le discours positif puisqu’elle vous aide concernant l’aspect émotionnelle, c’est à dire le plus important. Retrouver un mieux être, un équilibre, c’est possible. On ne guérit pas d’un acouphène. Il s’agit de s’y habituer et d’aller vers l’indifférence. Rétablir des filtres pour que le système nerveux ne se braque plus, ne vive plus dans l’agression permanente.

Comment ?

En 6 à 10séances. A partir de techniques très simples, l’objectif est d’apprendre à vivre sereinement avec l’acouphène. Le principe est de savoir mettre à distance les bruits parasites en étant plus tolérant devant cette intrusion . Les bruits deviennent partie intégrante de l’environnement sonore et n’invalident plus.

Les techniques vous guident pour mieux:

  • gérer l’inconfort
  • gérer l’anxiété, votre humeur
  • savoir relâcher la pression
  • reprendre la main et ne plus vivre dans l’obsession
  • Réinvestir vos capacités et dynamisme

Que du bonheur …
La sophrologie peut vous réconcilier avec la vie, avec vous même. Je vous propose de venir en discuter, je suis à votre écoute, vous ne serez plus désavoué. Il est temps de sortir de cette souffrance.

A très bientôt

Audrey SYLVESTRE